Browsing all articles in Art

Lumière continue et flash, softbox ,nid d’abeille, réflecteur !

blog-continue-flash-comparo

J’ai testé pour vous un setup de type butterfly en lumière continue et flash, avec un sans nid d’abeille et réflecteur. Le protocole de test à été effectué avec une ou deux lumières pour que vous voyez le rendu sur le modèle et le fond. Car parfois vous pouvez être limité en matériel et même si ce n’est pas le cas il est toujours intéressant de voir les différences avant d’ajouter toutes lumières supplémentaires ! J’ai mis des notes, BGST est la stabilité du fond ( background stability ), plus la note est élevée et plus le fond est uniforme. Eyes pour la luminosité des yeux, hair pour le détail des cheveux, skin pour la peau lisse ou non, et face pour reconnaitre facilement la morphologie d’un visage. J’ai effectué des retouches basique sur les images, à commencer par l’exposition. J’ai essayer d’avoir le même éclairage pour le visage et je me suis concentré dessus. J’ai également procédé une retouche avec le pinceau de retouche ( à chaque fois les même réglages ) pour les yeux, cheveux + barbe et lissage de la peau.

Je me tenais environ à 2m du fond et l’appareil lui était aussi à 2m de moi. Il est clair que certains effet seront accentués ou gomés en fonction de l’éloignement du sujet par rapport au fond. Un nid d’abeille avec une softbox donnera un fond totalement noir à 4m la ou le fond sera très blanc et très vignette à 20 cm. J’ai donc choisi un compromis pour montrer l’influence ou non des différent type d’éclairage et d’accessoires.

Lumière continue

Une softbox en haut :

buterfly-1-softbox

Avec ce type d’éclairage le fond est assez uniforme ou le niveau de gris est déterminé en rapport avec l’éloignement du sujet par rapport au fond. Les yeux sont très sous exposés qui vous obligera à une « forte retouche » sous lightroom. Les cheveux sont bien sans plus, la peau est correctement lissé sans atteindre la perfection et les ombres permettes de reconnaitre la morphologie du visage.

Une softbox en haut et un réflecteur en bas :

butterfly-1-softbox-and-reflector

Avec l’ajout d’un réflecteur le fond perd en stabilité, les yeux sont légèrement plus brillants, les cheveux sont moins détaillés, la peau inchangée ainsi que la morphologie. Les ombre sont légèrement plus douces et moins visible mais n’est pas flagrant non plus. Un réflecteur sur de la lumière continue « low cost » est « inutile ».

Une softbox en haut avec un nid d’abeille

butterfly-1-softbox-and-honey

Le fond perd en stabilité et tire sur le noir en haut de l’image, les yeux sont un peu plus lumineux, les cheveux plus détaillés notamment sur les reflets, aucun changement notable sur la peau, et le visage est toujours aussi identifiable.

butterfly-1-softbox-honey-and-reflector

Avec l’ajout d’un réflecteur le fond perd en stabilité, les yeux sont légèrement plus détaillés et les cheveux aussi. La peau est très lisse et la morphogie reconnaissable avec des ombre plus douces et diffuses.

2 softbox ( une en haut une en bas )

butterfly-2-softbox

Setup moins classique avec un fond relativement stable. Les yeux, cheveux sont plus visibles ainsi que les cheveux. Par contre la morphologie du visage pose vraiment problème car il n y a pas d’ombre. Donc si vous shootez quelqu’un avec un visage assez rond en particulier au milieu du menton et qu’il n’a pas de barbe, oubliez tout de suite sauf si vous voulez produire un effet « cartoon ».

2 softbox ( nid d’abeille en haut rien en bas )

butterfly-1-softbox-honey-1-soft-norm

Setup « original » mais j’avais le matos sur la main alors autant tester non ? Le rendu est vraiment sympa sur le fond mais loin d’être uniforme. Ombre en haut lumière en bas car le nid d’abeille est légèrement moins « puissant ». Il faudra donc jouer avec l’éloignement de la lumière du dessous pour avoir le même rendu. Évidement si vous faites ça il y aura des ombre sous le menton. Pour le reste ont obtiens des détails au type mise à part la morphologie du visage bien sur !

2 softbox avec chacune un nid d’abeille

butterfly-2-softbox-2-honey

Fond instable et le reste au top mise à part la morphologie du visage.

2 Softbox ( avec le nid d’abeille en bas )

butterfly-1-soft-and-1-soft-honey

Un des fond les plus stable surtout sur un plan sérré mais un peu plus foncé. Le reste au top, sauf pour la morphologie, l’inverse d’un réflecteur, elle sont à peine visible mais elle sont la.

Eclairage au flash

Un flash nu en haut

butterfly-1-flash-raw

Setup très basique sans fioritures avec le flash à nu. Le fond très freestyle, donc à moins de beaucoup s’éloigner du fond pour qu’il devienne noir il ne sera pas stable du tout. Par contre tout un tas de jeux de lumière est possible mais rendu très « cheap ». Les yeux, les cheveux sont très visibles, la peau bien lisse et les traits du visage assez brut.

Un flash nu en haut et un réflecteur en bas

butterfly-1-flash-raw-and-reflector

léger mieux au niveau du fond mais très loins d’être uniforme. Traits du visage renforcés car ombres moins soutenues.

Eclairage continue ou flash pour de la photo en studio ?

blog-continue-flash-comparo

Je vois souvent les mêmes question sur internet, il vaut mieux utiliser une lumière continue ou alors des flash pour faire des photos en studio sans ce ruiner ?

La lumière continue :

Elle vous permet d’avoir un aperçu en temps réel de la photo ce qui est un gros avantage ( wysiwyg / what you see is what you get ). Le gros inconvénient c’est qu’a part ce ruiner les lampes à lumière continue sont très peut puissante. Vous devrez donc monter en iso et baisser le temps de pose ainsi qu’ouvrir le diaphragme. Sur mon appareil, je shoot généralement en iso 220 f2.8 à 1/60 ( légèrement sous ex ) 1/30 de seconde ( expo nickel ). Ces réglages vous obligerons à travailler sur trepied surtout combiné avec un gros zoom. Oubliez donc de shooter à main levée avec votre tout nouveau 350mm ^^.

L’autre inconvénient de la lumière continue c’est une grosse lacune au niveau des accessoires… Si vous ajoutez un nid d’abeille pour éviter d’avoir une lumière baveuse sur les côté vous perdrez légèrement en luminosité, donc il faudra rendre la prise de vue « plus sensible » ( monter en iso / baisser le temps d’expo / ouvrir le diaph ). Si vous utilisez un réflecteur, vous aurez un ratio très faible de 1/4 ou 1/6, ce qui est limite « inutile ». Oubliez aussi l’utilisation de modelage avancée du style snoot.

Avec une lumière aussi faible il vous sera aussi très difficile de prendre autre chose que des portrait, à moins de bénéficier d’un appareil ayant une très bonne gestion du bruit à iso 800. Vous ne pourrez pas prendre des sujet en mouvement, et avec une faible profondeur de champ à cause de la grande ouverture, votre modèle devra rester sur le même « plan ». Vous ne pourrez pas non plus ( ou difficilement ) dégager un sujet du fond, ou avoir un fond totalement blanc.

Avantages :

  • Vous voyez ce que vous shootez
  • Facile à configurer
  • Le prix

Inconvenants :

  • Pas de mouvement du photographe / modèle
  • Appareil qui gère bien le bruit
  • Les fils électriques par terre
  • Certains effets impossible à faire
  • Réflecteurs « inutiles »

Les flashs :

Je ne vais uniquement parler des flash cobra / speedlight et pas des flash studio qui sont légèrement différents mais beaucoup plus cher. L’avantage de shooter au flash est multiple, il est possible de bouger autour du modèle, de prendre des photos en mouvement et de figer la personne, et d’utiliser tout un tas d’accessoires ( nid abeilles / softbox / snoot / gels de couleur ).  L’inconvenant majeur c’est qu’il faut bien connaitre sont matériel sinon ont peur vite avoir de mauvaise surprises. Vous serez obligés de prendre une photo pour avoir un résultat puis repositionner le flash pour trouver l’éclairage parfait, et refaire une photo pour être sur. C’est la grosse différence par rapport à la lumière continue.

Avantages :

  • Figer un mouvement
  • accessoires multiples
  • pas de fils

Inconvenants :

  • Lumière plus difficile à controler
  • Gestion des batteries

Que choisir alors ?

Si vous débutez et que vous voulez rester occasionnel partez sur de la lumière continue, les kits sont pas cher et simple à utiliser. Partez sur une base de 3 lumières, si vous voulez absolument avoir un fond blanc. Si vous souhaiter faire de meilleurs portrait prenez des flash, une base de 3 flash vous permettra de pratiquement faire tous les styles de photo. Si vous voulez aller plus loin, je vous conseille d’acheter lumière continue et flash, 2 continue et 2 ou 3 flash. Pourquoi avoir les deux ? Parce que vous pouvez mélanger les deux et augmenter votre créativité tout en accélérant la production.

Allez je vais prendre un car assez classique, vous voulez prendre un portrait sur un fond le plus blanc possible avec un éclairage du type butterfly ( lumière au dessus du modèle à 45 degré )

  • Avec de la lumière continue, vous allez devoir utiliser un éclairage principal pour éclairer le visage de votre modèle, et deux derrière le modèle de chaque côté, pour éclairer au maximum le fond. Et même en faisant comme ça vous n’aurez pas un fond parfait, à moins d’éloigner la lumière du modèle, ce qui implique pleins de changement au niveau réglage de l’appareil et d’avoir une diffusion sur le visage de manière différente ( ombre plus diffuse ).
  • Avec 2 flash vous pouvez utilisez un flash en lumière principale couplé à un réflecteur pour déboucher les ombres sous le cou et un flash pour « cramer « le fond et avoir un blanc « maculé ».
  • Avec 3 flashs vous pouvez utiliser le réglage de deux flash en ajoutant un flash derrière le modèle pour dégager certaines ombres et mettre en valeur le volume des cheveux.
  • Avec 2 flash et deux lumières continues vous pourrez utiliser les deux continue pour éclairer le modèle par dessus / dessous , un flash pour cramer le fond et un autre pour les cheveux.

 

Tutorial : La 3d 2.0 avec Autodesk Photofly

Une fausse révolution ?

blog-3d-photofly-001

Photofly de Autodesk ( 3dsmax ) vous propose un outil qui permet de transformer une photographie en objet 3d. Pour cela vous devez prendre plusieurs prise de vue de l’objet ( des gros plans sont possible mais plutôt compliqué à traiter ) puis le logiciel génère un mesh 3d avec une texture. Le tout exportable sous différents format d’objet 3D.

Pour l’instant l’outil n’est disponible que sur le labs d’autodesk et il y à pas mal de restrictions. Quand vous créez une nouvelle scènes puis que vous chargez vos photos elle sont uploadé sur leur serveur ( à la limite ça peut passer ), et ensuite la scène est crée ( toujours sur leur serveur ) en cloud computing.

Le traitement est asser long. Pour l’exemple ci dessous j’ai du attendre une dizaine de minute. J’avais 4 photos de gros plan qui ne sont pas passés et qui nécessitait un ajustement manuel et à chaque fois il faut réuploader puis refaire le calcul. Sans parler du fait que vos création ne sont pas vraiment « privées ».

Le soft propose aussi un rendu « youtube » pour exporter directement un fly by autour de l’objet. Beaucoup d’options sont possible mais il vous faudra être patient pour le rendu et l’upload ( qui ce fait sur votre machine ). L’exercice était de prendre un objet de la vie courante et de l’intégrer dans un autre logiciel 3D ( max ou vue ). J’ai pris dont 4 photos de l’objet ( un pantalon posé par terre ) et lancé le logiciel.

Une dizaines de minutes et 4 photo plus tard j’obtiens donc un mesh 3d de mon pantalon dans photofly. L’objet crée est en basse définition et nécessite un renvoi / calcul sur le serveur d’autodesk pour l’avoir en haut def. Le mesh est plutôt fidèle au photos mais le sol pose vraiment problème. Après une série de test il m’est pratiquement impossible d’avoir un sol complètement droit.

Une fois l’objet crée on peut l’exporter dans différent format pour l’exploiter dans d’autre logiciels 3D. Le format 3Ds ne passait visiblement pas j’ai donc choisi le format .obj pour exporter l’objet dans 3DS max 2009.

L’importation fonctionne correctement pour 3DS et donne une bonne qualité de rendu si l’objet n’est pas le point clef d’une scène. Sinon il vous faudra sans doute retoucher un peu le mesh notamment le contour pour le réaligner avec le sol.

L’importation sur Vue 9 ( .obj ) fonctionne aussi parfaitement mais il est préférable de d’abord passer sur un autre soft pour retoucher le mesh. Le matériaux réagit plutôt bien avec la scène et l’éclairage est assez réaliste même si vous faites un exposition inverse au ombre naturelle de l’objet.

Le rendu est assez réaliste pour faire des image « basse définition ». Mais il est largement conseillé d’utiliser comme t’aille d’image final 25% de moins que la taille de rendu. Pour creer une image d’illustration d’article comme ci-dessous c’est parfait.

Et ci-dessous un exemple d’animation avec mon mesh sous vue 9 ( rendu 3h ).

Image de prévisualisation YouTube

Pour conclure, photofly est un merveilleux outil car l’on à besoin d’aucun connaissance technique ni d’aucune donnée concrète pour faire un modèle 3d à partir d’une photo. Uniquement quand ça marche, car j’ai fait beaucoup de test avec peu et beaucoup et photo et l’alignement manuel ne fonctionne pas vraiment sauf pour aligner une photo ou deux ( sur une dizaine ). Que le sol possède un repère complexe ( des rayures ) ou alors un fond unis ( j’ai essayer un objet sur fond vert ) n’aide pas à la modélisation finale. L’utilisation du cloud computing est également très chiant car nécessite un connexion internet pour utiliser le logiciel, et je suis aussi très curieux de savoir si sur ma machine le soft modéliserai plus vite.

La prise de cliché doit vraiment être parfaite et sans ombre ( d’après leur doc sur leur site ) ce qui m’a peut être empêcher d’avoir une modélisation optimale à chaque fois. Je ferait un test de ce logiciel en extérieur une prochaine fois.

Vidéo : Hadopi la propagande continue

blog-hadopi-chaine-creation

Hadopi est une belle merde à peut près tout le monde le sait même ceux qui l’on crée. Mais c’est archi sympa de ne pas cracher sur son job quand on gagne 300k l’année pour trouver des idée encore plus merdiques histoire de faire chier les internautes et les artistes. Le gouvernement via une agence qui à vendu son ame à donc sortit une petite vidéo

Le but de cette vidéo est de faire croire au gamins que artiste c’est un vrai travail mais que c’est archi cool et que même une gamine de 12 ans à moitié à poil qui change sur youtube peut vendre autant de disque qu’un vrai type du genre Mickael Jackson ( avec le même talent bien sur ). Mais ce que la gamine ne sait pas c’est que elle devra signer une maison de disque ( un major ) et que ces gens la lui pomperont environt 90% de tout ce qu’elle gagne.

Bon au passage hadopi n’a pas rapporté d’argent et à déjà couté 20 millions d’euro à l’état français  financé par nos impôts.  Ça fait réfléchir non ?